Versão Português Versione italiana English version

ACTUALITÉS

     

FEDERATION > CIK-FIA

Julien-Dexmier-Sodikart-ITW-CIK-FIA-KSP.jpg

 

Plus jeune que beaucoup de ses confrères, Julien Dexmier (43 ans) a su se faire une place respectée comme team manager au sein du Sodi Racing Team. Les deux titres de vice Champion du Monde de KZ acquis en 2016 et 2017 avec Anthony Abbasse parlent pour lui et l'équipe française.


Julien Dexmier, pouvez-vous vous présenter?

Mes débuts en karting remontent aux années 90 lorsque j'ai couru dans des formules de promotion et en 100cc. Je travaille à l'usine Sodikart depuis plus de 8 ans et je suis devenu team manager en 2014. J'ai d'abord acquis de l'expérience en termes d'assistance en collaborant avec le Sodi Junior team, puis avec le team officiel. Je suis aussi passé par le service après-vente, le montage des karts et la partie recherche et développement. J'ai toujours eu de bons contacts avec les responsables de l'usine, avec qui j'étais déjà en relation lorsque je participais dans le passé à l'organisation d'épreuves d'endurance loisir de 24 Heures. Entre ces deux périodes, j'ai eu l'occasion de travailler dans le sport automobile comme pilote de développement chez Michelin avec Mercedes, ainsi qu'avec les équipes de Hugues De Chaunac et Dominique Dupuy sur des Porsche et Viper notamment. Ce fut très intéressant. J'y ai acquis un bon bagage technique et de la rigueur.


Être team manager d'une des plus importantes usines de karting du monde, est-ce d'abord une fierté ou une lourde responsabilité?

Je pense que c'est les deux à la fois. Mais à chaque nouvelle journée que je démarre, je ne pense pas spécialement à cela. Au final, je suis mon objectif qui est d'être le plus performant possible avec les pilotes qui sont sous la structure et de gagner des courses. Après, j'ai la chance d'avoir la confiance de mes supérieurs et les moyens de nos ambitions. On travaille de manière constructive, dans de très bonnes conditions.


En 2014, Sodi ne pouvait compter que sur Anthony Abbasse en KZ? Était-ce une volonté de ta part d'avoir au moins deux pilotes?

Bien sûr, on en a discuté avec Bertrand Pignolet et Gildas Mérian. C'est ainsi que nous avons pu compter successivement sur Arnaud Kozlinski, Bas Lammers, Jérémy Iglesias (en partenariat avec CPB) et aujourd'hui Alex Irlando. Avoir deux pilotes de talent et de même valeur nous permet d'avancer plus vite. Leur motivation, leur professionnalisme, leur rigueur, leur sérénité et leurs acquis techniques sont précieux pour toute l'équipe. Sportivement, les pilotes se poussent mutuellement. On peut comparer facilement leurs acquisitions de données et, surtout, cela a pour effet de multiplier nos chances de résultat. En 2015, Kozlinski est monté sur le podium du Championnat du Monde. En 2017, Lammers a gagné la WSK, tandis qu'Abbasse est devenu deux fois vice Champion du Monde ces deux dernières années. Entre fin 2016 et début 2018, nous avons obtenu 21 podiums consécutifs au niveau international. En outre, avoir des pilotes de différentes nationalités a donné à Sodikart une meilleure image à l'étranger et une plus grande notoriété.


Les nombreux podiums de Sodi en KZ ont rejailli dans d'autres catégories, en KZ2 notamment...

Le travail de développement porte ses fruits. L'objectif de Sodikart est clair. Fournir un châssis de qualité à n'importe quel client pour qu'il puisse ensuite gagner. Les résultats de l'épreuve du Championnat d'Europe de KZ2 à Salbris l'ont prouvé, avec deux châssis Sodi sur le podium. Adrien Renaudin gagne avec le team CPB Sport et des moteurs Galiffa Kart, tandis que Hubert Petit termine 3e avec le team Ludo Racing et des moteurs Hiver Kart.


Après les places de deuxième en 2016 et 2017, il semble que le titre de Champion du Monde soit un objectif réaliste pour le Sodi Racing Team en 2018?

Bien sûr ! L'an passé, Alex Irlando a gagné la Super Coupe Internationale de KZ2 et nous n'avions jamais été aussi près de décrocher le titre mondial en KZ. A ackersdorf, il n'a pas manqué grand chose à Anthony Abbasse pour battre Paolo De Conto. On espère que cette année sera la bonne...


Le Champion du Monde Tom Joyner vous a rejoint en OK. Quels sont vos objectifs mutuels?

Sodi a montré le potentiel de son châssis et de son team dans les catégories 125cc à boîte de vitesses. De ce point de vue, nous n'avons rien à envier aux autres grandes équipes, italiennes par exemple. Nous possédons aussi un partenariat fort avec TM pour les moteurs. Aujourd'hui, l'objectif est d'atteindre ce niveau en OK, puis en OK-Junior. Ce sont des catégories où il est important d'être présent. L'usine a investi des moyens techniques et humains supplémentaires, cela doit se traduire prochainement par une progression régulière. Évidemment, gagner ne se fera pas en quelques mois. On doit découvrir ces deux formules et affronter des équipes qui possèdent plusieurs années d'expérience à ce niveau. Le travail ne va donc pas manquer en 2018 !

 

 

Info CIK-FIA © Photo KSP


Accéder aux autres actualités

Facebook Twitter Google+ Pinterest

Connexion