Versão Português Versione italiana Version française

LATEST NEWS

     

Presse > KARTCOM News

Entre passé et futur, le karting cherche encore ses marques ! Le karting du XXIe siècle n'a pas révolutionné la définition de la discipline qui s'est imposée dans les années 70 après la période d'exploration tous azimuts des pionniers. Tout juste a-t-on gagné en complexité et en poids pour apporter un peu de confort au moment du démarrage de ces drôles de machines. L'ajout d'un embrayage, d'un démarreur électrique et de ses accessoires aussi indispensables que lourds et générateurs de panne a même investi le plus haut échelon de la compétition lors de cette décennie du KF qui a fait certainement mal au milieu sportif. La simplicité des origines est définitivement derrière nous, il faut bien en convenir.

 

KARTCOM_News_n49_vFR.jpg 

Pour les nostalgiques de la grande époque, il reste toujours les karts historiques pour occuper les longues soirées d'hiver au coeur d'un atelier bien chauffé. Si l'engouement pour les machines anciennes ne se dément pas, il reste cependant marginal. Il faut en effet avoir davantage l'esprit collectionneur que compétiteur pour y trouver son bonheur. Depuis deux ans, les karts des années 90 ont retrouvé la faveur de pilotes désireux de ressentir les joies de ces engins performants, légers et relativement fiables. Luca Corberi, initiateur de la KFA Series sur la piste de Lonato, a été le premier à organiser de véritables courses pour ces 100 cc refroidis par air. Allier le plaisir de remettre en état des machines anciennes produites en grandes quantités (relativement au karting) et la possibilité de les exploiter en compétition est une excellente idée qui fait son chemin. Un "championnat" de ce genre vient d'être lancé en France sous le nom de Formule 20.000 faisant référence au régime maximal atteint dans un vrombissement envoûtant par ces petites mécaniques qui ont forgé la légende de la discipline.


Pourtant, malgré leur simplicité originelle et leurs performances très convaincantes, les catégories OK et OK-junior peinent à se faire une place auprès d'un large public, en dehors des épreuves internationales. Leurs qualités de conception ne sont pas en cause, c'est le monde qui est ainsi, la place a été prise par des industriels fabricant leurs propres moteurs monotypes démarrant électriquement et les commercialisant dans un package complet incluant l'organisation des courses. Ne leur jetons pas la pierre, c'était dans la logique des choses.


Pour l'heure, de nouveaux défis se profilent à l'horizon du karting, dans lesquels il s'agira de ne pas répéter les erreurs du passé. Dès 2020 la nouvelle classe Mini sera homologuée par la FIA Karting. C'est une excellente occasion d'harmoniser la pratique sportive du karting chez les plus jeunes à partir de 8 ans. La base n'est pas révolutionnaire, le 60 Mini italien largement répandu en est le modèle. Sa réussite dépendra de la volonté des ASN (fédérations nationales) de suivre le mouvement en faisant fi de certains réflexes protectionnistes. Le pari n'est pas gagné d'avance... Par ailleurs, la FIA Karting ne s'est pas encore déterminée au sujet de la création d'un titre international pour la Mini, même si cela apparaît comme une évidence pour le bien du karting. L'ouverture de la compétition de haut niveau aux plus jeunes doperait le marché de la course dans son ensemble, un juste retour des choses après l'abaissement de l'âge d'accès à la monoplace qui a nettement affaibli les plateaux. Voilà un challenge concret à moyen terme, pouvant rassembler une grande partie des professionnels autour d'un objectif commun, en tout cas ceux qui seront capables de regarder assez loin.

 

-> Télécharger gratuitement le nouveau KARTCOM News #49

 

 

Info Kartcom 


See more racing news

Facebook Twitter Google+ Pinterest

Log in