Versão Português Versione italiana English version

ACTUALITÉS

Toutes les actualités

>
 

International > KARTCOM

ministere-des-sports.jpg

 

La récente mésaventure de Christophe Benoit (voir article correspondant) à la suite d'un contrôle anti-dopage, doit éveiller la vigilance de tous les concurrents face à une réglementation contraignante en regard de la prise de médicaments. Si la bonne foi de Christophe n'est pas à remettre en question, ce sont les règlements en vigueur qui ont été strictement appliqués dans son cas. Mieux vaut les connaître.

 

Le Ministère des Sports publie ici une note complète sur la consommation de médicaments de la part de sportifs licenciés. Les suprises ne manquent pas... En voici quelques extraits ne remplaçant pas la lecture attentive du texte entier.

 

"La loi française encadre strictement la prescription des médicaments et leur utilisation chez les sportifs licenciés. En effet, certains médicaments sont incompatibles avec les règles d'équité et de fair-play du sport, et sont donc strictement interdits. Leur prescription, à des fins médicales impose donc l'arrêt total de la pratique sportive le temps du traitement."

 

"Quelques recom­man­da­tions à connaî­tre, et sur­tout à res­pec­ter :

Ne consom­mez jamais aucun médi­ca­ment, même ano­din, lar­ge­ment connu ou que vous avez déjà uti­lisé, sans avoir consulté votre méde­cin trai­tant - et la liste des pro­duits dopants - en pré­ci­sant bien que vous êtes spor­tif dans le cas où il ne serait pas au cou­rant de votre par­ti­ci­pa­tion à une com­pé­ti­tion, ou à un entraî­ne­ment en vue d’y par­ti­ci­per. Informer tout méde­cin, den­tiste ou phar­ma­cien que vous êtes amené à consul­ter même de manière ponc­tuelle, de votre sta­tut de spor­tif et des res­tric­tions médi­ca­men­teu­ses qui s’y rat­ta­chent.

 

Méfiez-vous ! Un médi­ca­ment peut ne pas être inter­dit mais conte­nir une sub­stance qui se trans­forme dans l’orga­nisme en une sub­stance inter­dite déce­la­ble si vous ne res­pec­tez pas les quan­ti­tés pres­cri­tes. Un médi­ca­ment auto­risé pour une voie d’admi­nis­tra­tion peut très bien être stric­te­ment inter­dit pour une autre voie. Les com­plé­ments ali­men­tai­res, par­ti­cu­liè­re­ment ceux ache­tés à l’étranger ou sur Internet peu­vent conte­nir des sub­stan­ces pro­hi­bées sans que l’étiquetage ne le men­tionne. Les pré­pa­ra­tions nutri­tion­nel­les à base de plan­tes peu­vent également conte­nir des sub­stan­ces pro­hi­bées, ou alors des actifs méta­bo­li­sés en sub­stan­ces inter­di­tes."

 

"Classes de sub­stan­ces inter­di­tes en com­pé­ti­tion

 

- Stimulants : ils agis­sent sur le sys­tème ner­veux cen­tral en favo­ri­sant l’état de vigi­lance (amphé­ta­mine, éphédrine et cocaïne en sont des exem­ples).

 

- Analgésiques cen­traux et nar­co­ti­ques : ils atté­nuent les signaux d’alerte péri­phé­ri­ques comme la dou­leur en rai­son d’une action neu­ro­lo­gi­que cen­trale (mor­phine par exem­ple). Il faut signa­ler que la notion de « sub­stan­ces appa­ren­tées » a été reti­rée de cette classe pour laquelle seu­les les sub­stan­ces men­tion­nées sont inter­di­tes.

 

- Le can­na­bis. (la consommation de cannabis reste détectable après plusieurs mois, se trouver en présence de consommateurs de cannabis peut être détecté et réprimé pendant quelques semaines, NdR)

 

- Glucocorticoïdes : natu­rels (cor­ti­sol) ou de syn­thèse, ils dimi­nuent la dou­leur et l’inflam­ma­tion. Ils sont inter­dits par voie géné­rale (orale, rec­tale, injec­tion intra­vei­neuse et intra­mus­cu­laire). Le recours aux glu­co­cor­ti­coï­des, quelle que soit la voie d’admi­nis­tra­tion, doit s’opé­rer sous strict contrôle médi­cal en rai­son des effets secondai­res très impor­tants.

 

Classes de sub­stan­ces inter­di­tes notamment en sport automobile

- Alcool (éthanol)

- Bêta-blo­quants : À moins d’indi­ca­tion contraire, les bêta-blo­quants sont inter­dits en com­pé­ti­tion seu­le­ment.

 

Lire ci-dessous la liste, un peu longue et rébarbative, mais cependant essentielle, des substances interdites par la loi.

 

 

Info Kartcom


Auto > Espagne

Dennis.jpg

Jake Dennis - FR2.0

 

Esteban Ocon (ART Junior Team) a signé à Motorland Aragón le meilleur temps de la première journée d’essais collectifs de l’année. Les douze écuries de l’Eurocup Formula Renault 2.0 sont parties du bon pied avec leurs nouvelles monoplaces, qui ont fait preuve d’excellentes fiabilité et performance.

L’atmosphère était studieuse pour la rentrée des classes de l’Eurocup Formula Renault 2.0, qui étrennait aujourd’hui son nouveau châssis sur le circuit de Motorland Aragón. La première des deux journées d’essais collectifs a notamment permis de confirmer la fiabilité du nouveau matériel mis à la disposition des douze écuries inscrites.

Au total, les trente-six pilotes ont cumulé plus de 2100 tours du circuit espagnol long de 5,344 km. Pour cette première séance de travail de l’année, la performance n’était pas au cœur des préoccupations des équipes qui ont axé leur programme sur l’apprentissage de la nouvelle voiture de l’Eurocup Formula Renault 2.0.

Le froid et le vent ont accompagné les pilotes tout au long de la journée, mais ils n’ont pas freiné leur progression. Esteban Ocon (ART Junior Team) a dominé la matinée en s’approchant à cinq millièmes de seconde de la pole position 2012. Dans le seul premier secteur, le jeune Français a creusé un écart de trois dixièmes sur Nyck de Vries (Koiranen Motorsports), son plus proche poursuivant. Brandon Maisano (Prema Powerteam), qui fut l’un des rares pilotes à chausser des pneus neufs dans la matinée, complétait alors le tiercé de tête.

Après une courte pause déjeuner, pilotes et écuries reprenaient leur travail de fond avec la même application. William Vermont (Arta Engineering) s’emparait du meilleur temps de l’après-midi dans les dernières minutes de la séance en devançant d’un souffle Oliver Rowland (Manor MP Motorsport), Esteban Ocon et Nyck de Vries.

Ils ont dit :

Esteban Ocon : « J’avais hâte de rouler. Remonter dans la voiture est un grand plaisir. Je me suis bien entraîné tout au long de l’hiver et je me sens prêt. Les temps ne font pas tout aujourd’hui mais on s’en préoccupe toujours un peu… C’était motivant d’être le plus rapide ce matin. La voiture est agréable, elle procure plus de grip mécanique et aérodynamique que l’ancienne. »

Nyck de Vries : « Je suis très heureux de reprendre le volant aujourd’hui après une pause qui paraît toujours longue. Nous faisons du bon travail avec l’équipe, sans nous préoccuper des chronos à cette époque de l’année. Je pense que le vent est plus gênant que le froid : il nous pousse dans le dos dans la ligne droite de retour et il n’est pas facile de trouver la bonne distance de freinage. »

Jake Dennis : « La nouvelle voiture est fantastique. Elle a plus d’appuis, principalement grâce aux nouveaux pontons et au diffuseur arrière. Elle est déjà plus facile et agréable à piloter que la version précédente, Renault Sport Technologies a fait un vrai pas en avant. Elle sera certainement plus rapide et on s’en rendra compte au fur et à mesure de l’avancée des préparatifs de la saison. »

 

 

Info & © Photo Renault Sport


Pilote > Julie TONELLI

Pour sa troisième année dans la catégorie KF2, le Français Victor Compère (Kosmic/Parilla) n'a pas manqué son entrée en scène grâce à des performances de premier plan tout au long du difficile meeting italien. Le pilote du Team VDK Racing a en effet pointé régulièrement dans le top 5 durant les manches de qualification. Il était évincé prématurément de la préfinale mais parvenait à reprendre plus de 10 places en finale, même s'il aurait préféré pouvoir se battre dans le peloton de tête.

 

Victor-Compere-KF.jpg

 

En tout cas, voilà un début de saison plus qu'intéressant de la part de Victor, un pilote à suivre de près lors de ses prochaines évolutions en piste.

 

 

Info Kartcom pour la Fondation Julie Tonelli pour l'Enfance / © Photo KSP


International > Rotax Max Challenge Grand Finals

RMCGF-2013.jpg

 

Ce n'est pas vraiment un scoop, seulement la confirmation officielle via le logo de l'épreuve de la tenue du 13 au 16 novembre 2013 des finales mondiales Rotax sur le circuit de Nola Motorsports Park à la Nouvelle Orleans.

 

 

Info Kartcom


International > WSK Euro Series

Michael-Schumacher-Las-Vegas-2009.jpg

 

Le Baron rouge a finalement franchi le pas en s'inscrivant avec un Tony Kart/Vortex à la WSK Euro Series en KZ1 cette saison. Régulièrement présent dans les paddocks de karting depuis quelques temps, le goût de la compétition de Michael Schumacher ne lui a pas permis de résister bien longtemps à l'appel de la course. Espérons que les fanatiques italiens lui laisseront un peu de répit pour assouvir sa passion.

 

 

Info Kartcom / © Photo archives KSP


Toutes les actualités

>
 
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Connexion



Partenaires