Versão Português Versione italiana English version

ACTUALITÉS

Toutes les actualités

>
 

International > Rotax Max Challenge Grand Finals

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-1.jpg

 

La Rotax Max Challenge Grand Finals reste un évènement à part du calendrier international. Le concept Rotax Max, qui a fait ses preuves dans le monde entier, y trouve l'occasion d'atteindre des sommets avec la présence à la Nouvelle Orléans de 360 pilotes venus de 55 pays et des 5 continents: un record pour la 14e édition !

 

Le site de Nola Motorsports Park s'est parfaitement prêté à cette organisation hors norme en offrant un cadre superbe au meeting. Tout est plus grand aux Etats-Unis, et Nola ne déroge pas à cette régle. C'est vraiment un bel endroit pour la compétition auto et karting.

 

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-3.jpg

 

L'organisation Rotax est toujours de grande qualité, tant pour la compétition que pour le show. De ce côté, les Américains n'ont pas déçu. On se souviendra du passage en rase-mottes à grande vitesse d'un F18 Hornet de l'US Navy sur les dernières mesures de l'hymne américain ! Du grand spectacle. Le live TV sur internet ajoute un vrai plus à ce genre de manifestation, aussi bien à distance que sur place. Des pilotes connaisseurs de la Grande Finale notaient quelques petites imperfections par rapport au standard habituel. Mais dans l'ensemble, cela reste une référence dans le monde du karting.

 

 KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-2.jpg

 

Le tracé de Nola est aussi spectaculaire qu'exigeant, d'autant plus que les conditions météo ont varié pendant le meeting. Par contre, il secoue beaucoup les pilotes à cause des vibreurs, pourtant diminués récemment, et du revêtement bosselé par endroit. C'est sans doute ce qui a expliqué le grand nombre d'accrochages enregistré pendant les courses. Plusieurs concurrents parmi les plus à même de jouer la gagne en ont fait les frais. Peut-être que les pénalités ne sont pas assez tombées pour calmer les ardeurs malgré l'énergie dépensée par Nigel Edwards, le race director attitré du Rotax. 

 

Prestations remarquées pour les plus jeunes de la Micro Max et de la Mini Max. Les phases finales ont offert un grand spectacle avec des batailles intenses d'une sportivité que certains de leurs aînés ont parfois oublié. 

 

Belle cohésion et bonne ambiance au sein du Team France avec le soutien dynamique de quelques parents. Les 11 pilotes français avaient fière allure dans leurs combinaisons blanches. Dommage qu'ils n'aient pas été gâté par le sort à maintes reprises. 

 

Salle de presse à la hauteur comme d'habitude avec de la place pour la cinquantaine de correspondants et photographes présents. La connexion internet a été à la hauteur, les organisateurs réagissant rapidement en cas de surcharge. C'est le serveur de Kart-Data qui a peiné à suivre l'engouement mondial de la manifestation pour permettre l'accès au live-timing et aux résultats.  

 

Les fournisseurs de châssis, Sodi, Energy, CRG et Praga sont ravis d'avoir pu participer à l'évènement et ne demandent qu'à revenir. 

 

 

Info Kartcom / © Photos KSP


Team > Rotax Max Challenge Grand Finals

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-Team-France.jpg

 

Le meilleur résultat français à la Nouvelle-Orléans a été obtenu par Michael Dauphin, 17e de la finale DD2 Masters. On voit tout de suite que la dernière journée de la Grande Finale Rotax 2013 n'a pas été favorable au Team France. Pourtant au-delà de la déception qu'il ne faut pas cacher, de belles performances ont été réalisées lors d'une compétition très difficile. De l'avis général des Français présents, les courses tenaient davantage du stock-car que du karting tel qu'on le pratique dans nos contrées. Il est vrai qu'on était très loin du comportement exigé de la part des pilotes dans la plupart des courses, en France et en Europe, et que les sanctions pour « bad manœuvre » ne se sont pas multipliées.

 

Le plus gros espoir tricolore à ce stade, rapide et régulier aux avant-postes, Christophe Adams, n'était pas mécontent de sa place en préfinale, la 5e des DD2 Masters, malgré une démultiplication volontairement longue qui ne lui facilitait pas la tâche pour défendre sa position. Il était tout aussi confiant que motivé sur la prégrille de la finale, ne se doutant pas que sa belle aventure allait s'achever dès le premier tour... Un pilote l'a en effet éjecté de la piste sans rémission possible. Le coup était dur à encaisser à l'issue d'un parcours remarquable depuis le début du meeting dont on retiendra un ensemble de performances très convaincantes.

 

Il était dit que cette catégorie ne réussirait pas non plus aux autres participants français. Michael Dauphin, se faisait sortir méchamment au 2e virage de la préfinale. En finale, cela se passait mieux, ou plutôt moins mal. Agacé par des problèmes de frein, il bataillait sans beaucoup d'illusions autour de la 25e position, mais ne laissait pas passer l'occasion de gagner 8 places dans les deux derniers tours. « Je n'avais pas tiré un très bon matériel, châssis et moteur auraient pu être largement meilleurs. Au point de vue pilotage, j'avais le niveau en vitesse pure, mais je n'étais pas assez affûté dans la bagarre, un élément essentiel de ce genre d'épreuves. Si je dois un jour retenter l'expérience, je me préparerais différemment».

 

Pour Marc Berteaux, des pressions de pneus inadaptées compliquaient sa tâche en préfinale, mais la finale apportait la confirmation que les changements apportés au set-up étaient efficaces. Enfermé au départ, il se mettait ensuite dans le coup et signait des bons temps qui lui permettaient de revenir jusqu'en 6e position. Il perdait le bénéfice de ces efforts dans le dernier tour, quand il se faisait jeter par un concurrent. Le bilan reste malgré tout très positif pour un pilote qui n'a disputé que 4 autres courses en DD2 cette année. Techniquement, il aurait fallu plus d'expérience pour analyser le comportement de la mécanique et pouvoir réagir plus vite. « C'était super quand même ! Je me suis éclaté comme cela ne m'était pas arrivé depuis longtemps ! »

 

Bien bousculé, lui aussi, au départ de la préfinale, Morgan Hipp rencontrait des problèmes techniques, coupures fréquentes, durant toute la finale. Il avoue s'être un peu énervé et avoir sur-conduit, mais tout s'est amélioré en fin de course. Il était prêt à saisir une belle opportunité au dernier tour, mais deux karts en difficulté devant lui ruinaient ses derniers espoirs lors d'un passage plutôt typé Dakar. « Je suis malgré tout content de cette première expérience en DD2. C'était fun ! En 2014, cela va se passer différemment, vous verrez ! »

 

Pas gâté par son matériel, Guillaume Berteaux a tenté de compenser en prenant des départs magiques. En finale, il était très bien placé, 7e, quand il n'a pas pu éviter l'accrochage de deux pilotes devant lui. « C'est vraiment dommage, après toutes les galères que j'ai connues ce week-end, je me retrouvais pour la première fois en bonne place. Je suis tout de même content d'avoir pu revenir dans le top 10 en finale ! »

 

Après des coupures en péfinale qui le cantonnaient en queue de peloton, Lucas Joly retrouvait une machine plus efficace en finale, mais pas aussi bonne que pendant les manches. Trop de glisse à l'arrière du châssis l'empêchait de remonter comme il l'aurait dû mieux que 21e à l'arrivée. Lucas, qui a peu roulé cette saison, reste cependant satisfait de sa découverte du DD2 en compétition internationale.


Le parcours final des deux plus jeunes membres du Team France, Xavier Pozzoli en Senior et Bastien Leguay en Junior, a eu de nombreux points communs, malheureusement pour eux. Tous les deux éliminés après un accrochage en préfinale, ils n'étaient guère plus chanceux en finale. Xavier était à nouveau victime d'un pilote qui lui montait dessus en pliant le radiateur, puis un carbu récalcitrant le privait d'une possible remontée. Pour Bastien, après un bon départ, un problème mécanique douchait ses espoirs dès le premier tour. Ce samedi n'a pas dû être facile à vivre... Mais Bastien confiait qu'il était très heureux d'avoir pu se qualifier pour les phases finales, tandis que Xavier, moins expansif, relativisait cependant la déception.

 

 

Info Kartcom / © Photo KSP


International > Rotax Max Challenge Grand Finals

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-DD2.jpg

 

Le soleil revient pour la dernière finale du meeting, celle des DD2. Kazimiera Vasiliauskas (LTU) et Simas Juodvirsis (LTU) occupent la première ligne, Daniel Formal (USA) et Joey Wimsett (USA) la seconde. Ben Cooper (CAN) boucle pourtant le premier tour en tête, mais un accrochage change la donne peu après : Wimsett mène devant Juodvirsis, Oriol Dalmau Caballer (ESP), Jason Pringle (AUS), Simon Wagner (AUT) et Mika Laiho (FIN). Formal avait renoncé au départ, Vasiliauskas et Cooper le rejoignent sur la liste des abandons. Juodvirsis a repris les commandes devant Wimsett, Dalmau et Pringle. Juodvirsis accentue progressivement son avance d'autant que la lutte fait rage pour la 2e place. Dalmau mène le groupe devant Wimsett, Pringle et Wagner. Mathias Detige (BEL) passe en 4e position en doublant Pringle et Wagner. Le duel entre Dalmau et Wimsett fait les affaires des poursuivants regroupés dans un pack de 6 plutôt prometteur pour le spectacle. Parti 31e, Pier-Luc Ouellette (CAN) rentre dans le top 10 après la mi-course. Pringle et Wagner ont repris la lutte derrière Winsett, le 3e., tandis que Thomas Arme (GBR) se hisse au 6e puis au 4e rang à la faveur d'une sortie trop large de Pringle sur un vibreur. Pendant ce temps, Juodvirsis s'envole vers la victoire et le duel Wimsett/Dalmau ne faiblit pas. Wagner reprend la 4e position à Arme. Juodvirsis s'impose avec une confortable avance, Wimsett prend la 2e place pour 35 millièmes face à Dalmau qui l'avait attaqué dans le dernier tour. Wagner termine 4e, Arme 5e, Detige 6e.

 

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-Podium-DD2.jpg

 

Info Kartcom / © Photos KSP


KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-Alan-Rudolph-Senior.jpg

 

Oliver Hodgson (USA) a tout de suite pris les commandes de la finale Senior devant Carlos Gil (ESP), Kyle Fowlie (GBR) et Charlie Eastwood (IRL). Mais Fowlie passe en tête dans le 3e tour, Hogdson répliquant aussitôt. Edward Brand (GBR) fait son apparition en 4e position devant Aavo Talvar (EST), puis Philip Morin (SWE) 6e isolé à quelques longueurs. Brand décroche du groupe de tête qui se réduit à 4 pilotes. La situation se calme à l'approche de la mi-course. Oliver Askew (USA) et Petr Bezel (CZE) en profitent pour se rapprocher de Morin, 6e. Fowlie met à nouveau la pression sur Hodgson avec Talvar dans ses roues. Fowlie passe à l'attaque dans le tour 14, ce qui provoque un peu d'agitation : Talvar tente d'en profiter, mais Hodgson récupère son bien. Gil et Brand recollent. Hodgson a pris un peu d'avance avec Talvar à 5 dixièmes. Fowlie se bat contre Brand, Gil cède face à Askew et Bezel. Brand passe 3e à deux tours du but, mais Fowlie réagit et Askew s'infiltre entre eux avant de s'emparer de la 3e place. Le dernier tour est intense derrière les deux leaders. Hodgson l'emporte 42 millièmes devant Talvar, Askew conserve la 3e place, Fowlie 4e, Morin revient 5e devant Gil, Bezel et Brand 8e.

 

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-Alan-Rudolph-Podium-Senior.jpg

 

Info Kartcom / © Photos KSP


KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-DD2-Master.jpg

 

Cristiano Morgado (RSA) n'a pas manqué le départ de la finale DD2 Masters, mais Fernando Guzzi (BRA) le déborde aussitôt après le 1er tour et d'autres en profitent. Alan Rudolph (USA) passe ainsi second et Daniel Richert (AUS) 3e. Christophe Adams (FRA) n'a pas passé le premier tour, par contre Guillaume Berteaux (FRA) pointe 9e. Rudolph sort de la piste, Richert a pris la tête devant Guzzi qui repasse rapidement. Morgado est 3e dans leur sillage. Adam Hunter (AUS) revient 4e devant Scott Campbell (CAN), Tiago Ribeiro (POR) et Guillaume Berteaux. Les 4 premiers sont au coude-à-coude. Morgado revient 2e à 4 dixièmes de Guzzi. La bataille s'intensifie, Guzzi et Hunter laissent des places lors d'un virage difficile. Morgado en a profité pour prendre encore quelques dixièmes devant Richert, Campbell et Ribeiro. Derek Wang (USA) 5e, devance Marc Berteaux (FRA) suivi par Martin Pierce (IRL). La lutte pour la victoire concerne maintenant Morgado, Richert et Campbell, Ribeiro étant isolé en 4e position. Berteaux a pris l'avantage sur Wang pour la 5e place. A 4 tours du but, le trio de tête est toujours aussi serré. Richert tente une attaque qui ne réussit pas, Campbell essaie d'en profiter, mais cela ne passe pas non plus pour l'instant. Pendant ce temps, Morgado prend le large. Martin Pierce est venu à bout de Berteaux pour la 5e place. Le duel pour la 2e place retient toute l'attention. Richert repique Campbell dans le dernier virage et ce dernier ne semble pas apprécier la manoeuvre. « ça sent la controverse ! » commentent nos amis canadiens. La victoire de Morgado ne fait pas débat. Ribeiro termine 4e, Pierce 5e, Guzzi 6e. Michael Dauphin (FRA) est le premier Français en 17e position.

 

KSP-Rotax-Max-Challenge-Grand-Finals-Nola-Podium-DD2-Master.jpg

 

Info Kartcom / © Photos KSP


Toutes les actualités

>
 
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Connexion



Partenaires