Versão Português Versione italiana Version française

LATEST NEWS

     

Presse > KARTCOM News

Et si les catégories OK et OK-Junior étaient la solution ? Tout le monde se plaint de la baisse des effectifs dans la plupart des compétitions de karting alors que les calendriers n'ont jamais été aussi chargés, aussi bien en international qu'en national. Après la disparition des catégories 100cc FA et ICA, les moteurs KF n'ont pas suscité l'engouement espéré. Les coupes de marque ont pris la place laissée vacante auprès des amateurs, en proposant une plus grande facilité d'utilisation, un moindre coût d'utilisation et une véritable équité sportive. En théorie, ces arguments étaient imparables.

 

KARTCOM_News_n33_vFR.jpg 

Pourtant au fil des années, la recette semble avoir atteint ses limites. Hormis lors des grands rendez-vous mondiaux qui ont lieu une fois par an, les fédérations et les organisateurs peinent à rassembler des plateaux exceptionnels. L'évolution de la société, à la multiplication des offres de loisirs ou à l'irruption massive de la technologie dans le quotidien n'expliquent pas tout. Il existe d'autres raisons, spécifiques au karting d'aujourd'hui.


On a commencé par sacrifier le plaisir de piloter à la facilité d'utilisation. Mais appuyer sur un bouton pour démarrer est-il réellement un argument pour des sportifs ? Imaginerait-on des terrains de football plus petits pour que les joueurs aient moins besoin de courir, des balles de tennis plus légères pour avoir moins d'effort à fournir, ou bien des paniers de basket plus larges et moins hauts ? Ce qui peut se concevoir aisément sur une plage pendant les vacances n'a pas d'intérêt pour une vraie pratique sportive. Dans tous les sports, la notion de plaisir est liée aux efforts réalisés pour triompher. La récompense vient de la progression effectuée face à une difficulté. L'expression anglaise "No pain, no gain" ("pas d'effort, pas de récompense") résume assez bien la démarche des sportifs.


Les autres arguments des catégories monomarque ne peuvent plus faire illusion. Ces produits de loisir ont en effet du mal à tenir leurs promesses quand il s'agit de pure compétition. L'équité des performances n'est qu'une illusion entretenue par le marketing. Quant aux coûts, ils se sont envolés depuis longtemps face à la volonté de gagner à tout prix. Ceci est autant valable en compétition internationale qu'au niveau national et régional. Pour bien figurer, il faut faire appel à des professionnels de plus en plus pointus capables de tirer le meilleur de moteurs qui n'ont pas été conçus pour cela.


Les pilotes vous le diront, le plaisir de piloter un OK ou un OK-Junior est beaucoup plus élevé que celui que l'on peut prendre dans une coupe de marque. Il s'agit là de vraies machines de course, élaborées dès l'origine pour la compétition. Les écarts de performances y sont d'ailleurs moins importants qu'ailleurs et, hormis au plus haut niveau, les budgets nécessaires ne sont pas démesurés pour peu que l'on n'abuse pas des séances d'entraînement. En clair, des catégories 100 % compétition, performantes et accessibles comme le OK et le OK-Junior, présentent aux yeux de quelques spécialistes une voie cohérente pour le redéploiement du karting.


Peu de professionnels osent tenir ce discours, sans doute par souci de maintenir leur activité en l'état. Mais n'est-ce pas là une vision à court terme qui n'apporte pas de réelles solutions au problème du karting actuel ? Il est peut-être temps d'apporter de nouvelles réponses pour que le karting redevienne grand !

 

-> Télécharger gratuitement le nouveau KARTCOM News #33

 

 

Info Kartcom 


See more racing news

Facebook Twitter Google+ Pinterest

Log in